Equipe de proximité : pour le goût de l’autre

vendredi 19 juillet 2019

Avec les Unités Pastorales, nous voici invités à de nouvelles appellations. Les équipes paroissiales, inter-paroissiales sont ”équipes de proximité”.
Un changement de nom marque la refonte d’un projet, le déplacement d’objectif. Qu’en est-il pour ces petites équipes depuis longtemps dans le paysage d’Eglise ? Quel changement ? Quel est le label attendu ? Le déplacement de rôle ? Quelle conversion… pour quel avenir ?
La proximité c’est la présence du proche, du prochain : une question de place et de rencontre, une question de demeure et d’accueil, une question d’humanité, une embrassée d’Evangile.
Le Samaritain de la parabole est réponse à la puissante question : mais qui est mon prochain ? Celui dont je me fais proche, à qui je donne place, pour qui je rature mon agenda ! Dans le tourbillon de la vie, l’équipe de proximité se profile comme un espace où les partenaires se relient, dans une place de dignité augmentée. Mes proches, mes voisins, et tous ceux dont je peux croiser le regard sont partenaires privilégiés. Pas de liturgie, pas d’honneur particulier, pas de savoir qui écrase, pas de pouvoir qui impose : la rencontre nue dans la lumière et la poussière d’un chemin de reconnaissance. Pas de trône mais des sièges pour tous, et d’autres en préparation.
”Nous viendrons chez lui, nous habiterons chez lui” ! Cette parole goûteuse mise dans la bouche de Jésus est à découvrir encore et encore ! Si Dieu se fait proche, il n’attend pas dans son ”jardin”, il entre dans la maison et vient l’habiter ! Intéressant de chercher à comprendre cette audace. Et si l’équipe de proximité était une étape de cette route ? Oser habiter vraiment la demeure de ceux qui partagent notre temps ! Non pas l’arranger à notre mode mais l’habiter d’écoute en se laissant cueillir et accueillir.
Autre visage encore, celui qui transfigure en humanité profonde. La proximité n’est pas d’un club, d’une élite, d’un choeur de justes notes, d’une assemblée d’excellence… c’est la rencontre de bouts de chemins, le partage des doutes et des joies, des confiances et des tremblements à la périphérie de nos heures vivantes. S’approcher des humains, où peu s’arrêtent, tenter d’y faire demeure, nourrir ce goût de l’autre à la fleur d’Evangile, capable de transfigurations d’Eglise !
Quand, sur le coup de 20 heures, les participants arrivent pour la soirée d’équipe, je sens la joie se mettre à table…

Hubert BATTEUX, membre d’une équipe de proximité