Mettre en route un Conseil Pastoral dans une unité pastorale ou un secteur

Le Conseil Pastoral est le lieu privilégié pour donner la parole au plus grand nombre, discerner les appels de l’Esprit-Saint et construire une fraternité chrétienne signifiante. Comment mettre en route dans nos unités pastorales et secteurs cet organe de la synodalité ?

Caisse de résonance des différentes paroisses et des réalités pastorales transversales, le Conseil Pastoral[1] sert la dimension synodale de l’Église. Sa mission est de favoriser une communion dynamique, ouverte et missionnaire, au bénéfice de tous ceux qui nous entourent. 

Comment constituer ce Conseil pour qu’il puisse répondre au mieux à sa mission ? Il y a plusieurs façons de faire. L’essentiel est de se rappeler qu’au sein du Conseil, chacun siège au titre de la représentation : par exemple, le délégué de l’Équipe de Proximité de tel village siégera au nom de toute l’équipe pour représenter ce village, le délégué des chorales représentera l’ensemble des chorales et pas seulement sa chorale … . Il faut donc favoriser absolument cette dimension de représentation dans la manière de choisir les membres du Conseil : ceux-ci seront représentants des différentes paroisses (équipes de proximité, équipes paroissiales…), mais aussi représentants des réalités transversales qui existent sur le territoire de l’unité pastorale ou du secteur : catéchèse, chorales, œuvres paroissiales, fabriques d’églises, visiteurs de malades, équipes liturgiques, Saint-Vincent de Paul, mouvements de jeunesse, écoles, maisons de repos, communautés religieuses, … .

Chacun sera donc présent au titre d’une réalité particulière : il amènera au Conseil le vécu de cette réalité et fera écho auprès de celle-ci du travail réalisé en Conseil.

Concrètement, l’équipe pastorale (ou le prêtre avec quelques personnes engagées) pourra par exemple organiser une rencontre en invitant largement[2].  Ensemble, les participants seront appelés à rêver ce qu’ils souhaitent pour l’Église chez eux. Après avoir découvert la mission du Conseil, chacun recevra une liste des paroisses et réalités transversales et sera invité à noter le nom de personnes qu’il verrait bien représenter chaque paroisse ou réalité. Le prêtre rencontrera alors les personnes les plus souvent citées et les appellera à devenir membres du nouveau Conseil Pastoral.

La phase diocésaine du Synode est une opportunité réelle pour entreprendre dès maintenant ce chemin,  pour apprendre à marcher ensemble !


[1] Le Conseil Pastoral, fascicule du Chantier  Paroissial (www.chantierparoissial.be)

[2] L’invitation la plus efficace est toujours celle que l’on adresse personnellement, en face à face. Les différents médias paroissiaux ne suffisent pas.

SYNODE ET CONSEIL PASTORAL

L’Eglise prend la route d’une manière inédite pour faire l’expérience de ce que Dieu attend d’elle en ce 3ème millénaire. Marcher ensemble, n’est-ce pas aussi le style de vie auquel sont appelés nos unités pastorales et secteurs ? Revivifier ou mettre en place un Conseil Pastoral est un appel pour aujourd’hui ! C’est le lieu privilégié pour donner la parole au plus grand nombre, discerner les appels de l’Esprit-Saint et construire une fraternité chrétienne signifiante.

Le Conseil Pastoral[1] sert la dimension synodale de l’Unité Pastorale, c’est-à-dire notre capacité à vivre ensemble. ‘Pour “ marcher  ensemble ”, il est nécessaire que  nous laissions l’Esprit  forger en nous  une mentalité vraiment synodale, en entrant avec courage et avec une liberté de cœur dans un processus de conversion’[2].

Pourquoi un Conseil Pastoral au niveau local ? L’Eglise se trouve aujourd’hui devant des défis nouveaux pour répondre à sa mission : annoncer l’Evangile. La manière de faire Église ne cesse d’être interrogée par ces bouleversements en profondeur. Il est clair que la vie de l’Église et sa mission chez nous ne peuvent plus s’envisager sans la participation de tous les baptisés au devenir de leurs communautés.

Sur le territoire des UP, les lieux d’Église sont multiples. Équipes, mouvements, paroisses, lieux de ressourcement, associations, tant de réalités qui permettent à chacun, quelle que soit sa sensibilité, de rencontrer le Christ. On prend donc conscience de l’importance, voire de la nécessité, d’un lieu d’intégration de ces différentes réalités : espace d’échange, de concertation et de réflexion. Ce lieu permet à la communauté d’ajuster ses priorités et ses pratiques pour répondre à la question fondamentale : « Qu’attends-tu de nous aujourd’hui ici, Seigneur ? Que faut-il faire pour bien agir, selon l’Évangile ? » C’est la question du discernement ! Et nous ne sommes pas sans ressources : marqué par l’Esprit, chacun de nous dispose d’une sorte de flair, d’intuition qui l’éclaire sur ce qu’il est bon de penser et de faire lorsqu’il se concerte avec d’autres en Église. La mise en commun de nos intelligences et de ce que l’Esprit souffle en nos cœurs nous donnera de découvrir la façon la plus adaptée de répondre à la mission que le Seigneur nous confie comme communauté locale. Le Conseil Pastoral se fera l’écho de ce que vivent les hommes et les femmes de ce temps. A la lumière de la Parole de Dieu, il déterminera les orientations pastorales, élaborera des projets concrets (à court terme) et évaluera le travail accompli.

Caisse de résonance des différentes paroisses et réalités pastorales, le Conseil Pastoral sert la mission de favoriser une communion dynamique, ouverte et missionnaire, au bénéfice de tous ceux qui nous entourent.  

L’équipe diocésaine du Chantier Paroissial


[1] Le Conseil Pastoral – fascicule du Chantier Paroissial – 2015

[2] Document préparatoire du Synode, p.12

Une semaine avant le Beaujolais nouveau, voici les résultats des réponses de l’enquête du mois de juin !

À consommer sans modération 😉 Regroupés et classés par thèmes, ils sont aussi accompagnés d’une fiche pour les travailler en équipe(s).

Deux présentations de la synthèse représentative des réponses vous sont proposées ci-dessous (à télécharger).

  1. Un tableau (A) à partir de la triple mission de l’Église

Une synthèse en cinq colonnes : la triple mission de l’Église, sans oublier la communication et la coordination : les cinq préoccupations de l’équipe pastorale…

  • Célébrer, prier
  • Annoncer
  • Servir, vivre ensemble
  • Communiquer
  • Coordonner

… et trois lignes :

  • L’agir
  • Le ressenti
  • La réflexion

2. Un tableau (B) à partir du Voir – Juger – Agir

Un tableau en quatre colonnes …

  • Se recentrer, prier, célébrer  
  • Réfléchir, étudier, se former   
  • Décider, se situer, s’organiser   
  • Agir, servir, annoncer  

… et trois lignes :

  • Pistes classiques
  • Difficultés, obstacles
  • Pistes plus nouvelles

La totalité des réponses, « à l’état brut », vous est également accessible sur demande, mais nous semble peu propice à un travail de réflexion en équipe.

Bonne continuation à toutes les équipes et encore merci à tous ceux qui ont participé à l’élaboration de cet outil d’observation, de synthèse et de réflexion !

S’ASSEOIR, DISCERNER… POUR UNE CONVERSION MISSIONNAIRE

Superbe journée ce samedi 25 septembre à Beauraing ! 190 personnes heureuses de vivre ensemble cette rentrée pastorale… Et le Père Theobald, intervenant de qualité, qui a aidé chacun à rêver l’Église… à devenir des sourciers, chercheurs et découvreurs des charismes dans nos communautés.

Des échos plus complets seront publiés, mais dès à présent, voici un accès aux deux conférences du Père Theobald :

I. Les conditions pour une conversion missionnaire : s’asseoir et
discerner les charisme
s

II. La conversion missionnaire

Des communautés ‘incarnées’ et missionnaires

Photo by Matthew Bowden from FreeImages

L’Église est communion de communautés de croyants dispersées dans les cinq continents. Tout y est enjeu de relations : relation à Dieu par le Christ dans l’Esprit-Saint, relations de ceux qui partagent une même foi, relations entre les croyants et leur environnement. Sans doute, la fécondité d’une communauté chrétienne se mesure-t-elle à la qualité évangélique des relations vécues quelles qu’elles soient.

Il est capital de soigner tout particulièrement le tissu relationnel entre les disciples du Christ, non seulement pour le bien de ceux-ci, mais aussi pour garantir leur tonus missionnaire. « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres qu’ils reconnaîtront que vous êtes mes disciples » (Jean 13-35). La crédibilité du témoignage en dépend très largement.

Animer des communautés pour promouvoir la croissance de leur vécu évangélique a de quoi pomper toute l’énergie des acteurs pastoraux. Pourtant, une communauté ne peut se contenter de fonctionner même si c’est de belle manière. Le pape François insiste sur le danger pour l’Église d’être autoréférentielle et rappelle que tout chrétien est appelé à être toujours davantage disciple-missionnaire. C’est pourquoi, le Chantier Paroissial attire l’attention sur le milieu dans lequel les communautés sont insérées. Il ne s’agit pas d’une simple stratégie pastorale mais bel et bien d’une implication directe de la nature missionnaire de toute communauté de foi.

Nous sommes appelés à témoigner d’un Dieu qui s’est incarné, qui est venu converser avec les hommes, qui a rejoint la condition humaine dans toute son épaisseur pour l’habiter de l’intérieur. Pour ce faire, les communautés d’aujourd’hui doivent porter une grande attention au réel humain dans lequel elles sont insérées, en mesurer les enjeux et en saisir les défis pour l’annonce de l’Evangile.

Dans sa pédagogie, le processus de mise en place des unités pastorales, réalisé avec les équipes locales, consacre une première étape du travail à regarder avec attention la réalité humaine des villes, villages et quartiers qui hébergent les communautés. Il s’agit d’un processus d’appropriation de son environnement et de discernement des priorités pastorales pour bâtir, là où elle vit, une Eglise authentiquement missionnaire. Ce travail enraciné dans la Parole de Dieu et incarné dans l’expérience humaine, ici et maintenant, sera le socle de la dynamique missionnaire que déploiera la future Unité Pastorale.

L’équipe diocésaine du Chantier Paroissial