Inscription à la journée diocésaine du 25 mars

L’Équipe diocésaine du Chantier Paroissial  

a le plaisir de vous inviter 

le 25 mars 2023 de 9h à 16h 

à la 11e Journée diocésaine 

en présence de 

Mgr P. Warin 

Le thème ? 

« Proximité et mission : une Église en dynamique synodale » 
 

Avec Madame Agnès Desmazières, docteur en théologie et histoire, maître de conférence au Centre Sèvres à Paris, 
auteur des livres : « Le dialogue pour surmonter la crise : Le pari réformateur du pape François » (2019) et « L’heure des laïcs : Proximité et coresponsabilité » (2021).

Rencontres et partages rythmeront cette journée synodale.  Le pique-nique vous sera offert. 

Où ? 

A la Maison de l’Accueil, 12 rue de l’Aubépine à Beauraing 

Inscription obligatoire avant le 15 mars directement sur Google Forms https://forms.gle/SZqwHpyhmm7DRyGZ8

Renseignements ? Questions ? GSM Nathalie Guinand : 0473/90 86 49 

N’hésitez pas à inviter toute personne intéressée ! 

« Mission et proximité », l’actualité du Chantier Paroissial en 2023

La nouvelle année est désormais bien engagée… C’est le moment de faire le point sur le travail de l’équipe du Chantier. Pour rappel, ‘Mission et proximité’ tel sera le thème travaillé durant les mois à venir et, singulièrement, lors de la journée diocésaine du 25 mars prochain.

Dans l’Eglise universelle, le Synode sur la synodalité bat son plein. Dans le diocèse, de nombreux groupes synodaux ont vu le jour. Quelle chance s’ils continuent à se réunir, à prier et réfléchir ensemble ! Il s’agit là d’une véritable expérience ecclésiale puisque des laïcs se sentent davantage impliqués dans la vie de l’Église. Encourager des petits groupes synodaux, soutenir des initiatives locales autour de la participation, de la communion et de la mission, n’est-ce pas là une responsabilité essentielle des pasteurs ? 

Heureusement, la dimension synodale se vit déjà en bien des lieux et dans divers domaines, notamment partout où des chrétiens se rassemblent et vivent une féconde coresponsabilité au service de la mission. Pensons particulièrement aux unités pastorales fondées depuis septembre : l’UP Sillon de Sambre Saint-Dominique, l’UP Sainte-Cécile d’Houffalize, l’UP Marie Magnificat au cœur du Condroz, l’UP Vignes et Forêts de Rouvroy-Meix, l‘UP de La Bruyère et bientôt celles de Florennes, Léglise, Athus-Aubange, Bouillon…. Mais aussi des équipes pastorales ont été ou vont être renouvelées bientôt : l’UP d’Anhée, l’UP sur les pas de saint Hubert, l’UP entre Ardenne et Gaume, l’UP les sources de l’Eau d’Heure, l’UP Paliseul Saint-Joseph, l’UP Semois Saint-Remacle… 

En outre, dans notre diocèse, une nouvelle façon de vivre en Église a vu le jour en septembre dernier : l’Espace Missionnaire Couvin – Viroinval. Il couvre l’ancien doyenné de Couvin. Pour la première fois, une équipe de quatre prêtres a été nommée au service d’un vaste espace, appelée à collaborer étroitement avec les diacres et les équipes existantes ou à créer. Aucun d’eux n’est curé de telle et telle paroisse, mais ils sont responsables collégialement de toute la vie pastorale des 27 clochers de Couvin et de Viroinval.

Outre l’accompagnement sur le terrain, l’équipe diocésaine propose des rassemblements d’acteurs pastoraux. Ainsi, le 7 février, les prêtres, assistants et animateurs pastoraux ayant reçu une nouvelle nomination en 2022 se retrouveront à Ave-et-Auffe pour partager leurs expériences et leurs questions ; le 25 mars, la journée diocésaine rassemblera les forces vives de notre diocèse à Beauraing autour d’Agnès Desmazières, historienne et théologienne française. Elle nous entretiendra du thème d’année ‘Mission et proximité’. N’hésitez pas à vous inscrire ! Chacun pourra y découvrir les nouvelles publications de notre équipe : ‘Une Église en chemin’ et ‘La gestion financière des paroisses et unités pastorales’.

Vraiment, comme l’affirme le pape, “le chemin de la synodalité est celui que Dieu attend de l’Église au troisième millénaire”.

Mission et proximité

Le samedi 25 mars prochain, la Journée Diocésaine du Chantier Paroissial nous rassemblera à Beauraing. Agnès Desmazières, auteur du livre ‘L’heure des laïcs – proximité et coresponsabilité’, nous entretiendra du thème choisi par l’équipe diocésaine : ‘Mission et proximité’.

Comment rendre notre Église plus synodale ? Comment être cette Église chaleureuse, conviviale que nous souhaitons de toutes nos forces, comme l’a montré la démarche synodale dans le diocèse ? Pour le Pape François, le Synode est l’opportunité de devenir une Église de proximité, car ‘la proximité, c’est le style de Dieu’. D’ailleurs, l’intention de prière du mois d’octobre était : ‘Prions pour que l’Église, fidèle à l’Évangile et courageuse dans son annonce, vive toujours la synodalité et soit un lieu de solidarité, de fraternité et d’accueil.’

L’équipe diocésaine a choisi comme thème d’année ‘Mission et proximité’. La configuration essentiellement rurale de notre diocèse nous interpelle : comment se faire proche, comment promouvoir l’écoute, comment favoriser la fraternité ? Nous rêvons que tous, prêtres et laïcs, diacres, assistants paroissiaux, cherchent à rejoindre chacun gratuitement, même dans le plus petit des hameaux, le plus reculé des quartiers… Nous voulons être réellement une Eglise en sortie !

Dans cette perspective, l’équipe s’est donné le temps de découvrir des expériences où proximité et mission se conjuguent. Avec le projet ‘En route pour la mission’, le diocèse voisin de Reims-Ardenne propose une dynamique résolument missionnaire, ainsi des fraternités de proximité sont appelées à se constituer dans les paroisses, par village, par quartier ou immeuble. Deux ou trois familles, un couple, une personne seule veulent incarner l’Évangile dans leur lieu de vie et en être ‘le signe repéré et reconnu’. En Lozère, le diocèse de Mende promeut les ‘visitations’ : les prêtres avec les équipes locales prennent régulièrement une journée pour aller à la rencontre des habitants d’un village et des réalités qui s’y vivent.

Dans le diocèse de Tournai, l’Abbé Xavier Huvenne, responsable de l’UP de Beaumont, ose des initiatives nouvelles pour réinventer la proximité. Lors de ‘pastorales itinérantes’ dans les villages, il propose une prière du matin à l’église, des visites à domicile, des temps de rencontre et l’eucharistie suivie d’un moment de convivialité. Par ailleurs, par des visites à des publics ciblés il a déjà pu rencontrer tous les commerçants et tous les agriculteurs et proposer une célébration à leur intention.

Et chez nous ? Quelles initiatives pour être une Église missionnaire proche de tous ? Déjà, nous vous invitons à bloquer la journée du 25 mars pour, tous ensemble, faire un pas vers plus de proximité et d’attention à tous.

La proximité en péril ?

Photo de fauxels sur Pexels.com

Si vous tapez « proximité » sur un moteur de recherche, vous apprendrez qu’elle est en péril. En effet, vous pourrez y lire « le commerce de proximité en péril », « la médecine de proximité en péril », etc. Serait-ce l’aube d’une autre crise encore ? Les communautés chrétiennes sont invitées à sortir, à aller à la rencontre des autres, nos proches, notre « prochain » …

L’hiver, les longues soirées avec de beaux moments en famille pour certains, une solitude redoutable pour d’autres.  En outre, la crise énergétique fragilise considérablement l’équilibre économique de beaucoup sans doute au détriment de la convivialité.

L’ancienne tradition rurale de se rendre les uns chez les autres pour des veillées remplie d’histoires, de jeux de cartes ou de bavardages est tombée en désuétude avec l’arrivée de la télévision dans les années 1960. Serait-ce que, même dans nos vertes provinces, on perde cette culture de la proximité qui était comme une marque de fabrique ?

Heureusement, la vérité exige que l’on rende hommage à toutes celles et tous ceux qui travaillent dans le service aux personnes : infirmières à domicile, aides familiales, service des repas à domicile, … et j’en passe. Ils sont nombreux, heureusement.

La question se pose, néanmoins, d’une gratuité au sein des relations de proximité. Se rendre proche de l’autre est au cœur de la tradition chrétienne comme un impératif catégorique. Le mot « prochain » revient sans cesse dans la bouche de Jésus comme une invitation à développer un style de relations et à cultiver une qualité d’attention aux autres. Je ne peux me revendiquer de l’Evangile en étant indifférent à ceux qui m’entourent, à leur devenir et à leur bonheur. Comme un grand vent qui pousse à sortir de soi, le message du maître de Galilée nous invite sans cesse à aller les uns vers les autres, à prendre soin les uns des autres.

En cette époque de fusion et de restructuration à tous les niveaux, il s’agit pour les chrétiens de réinvestir à nouveau des relations où chacun est pris en considération, reconnu, aimé et visité. Alors que, l’unité pastorale devient la nouvelle manière de vivre en Église et d’assumer la mission reçue de Jésus, les chrétiens, là où ils vivent, doivent rivaliser de créativité pour faire reculer l’indifférence. De belles initiatives sont prises de-ci delà qui incarnent l’invitation du pape François à sortir des murs des églises. L’enjeu est d’expérimenter

l’Évangile dans son lieu de prédilection : les relations interpersonnelles. C’est pourquoi, une pastorale missionnaire s’efforce de rejoindre les gens dans leurs préoccupations, confiante que l’Esprit Saint travaille tous les cœurs.