Echange d’idées compatibles avec les mesures sanitaires : suite

  1. La première idée nous vient du ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, qui suggérait le jeudi 29 octobre de faire briller à notre fenêtre une lumière. Et en effet, de jour comme de nuit, ce signe universel d’espérance réchauffe le regard et le cœur des passants mais aussi des habitants. Autre signe citoyen et fraternel suggéré par un de nos dirigeants : l’idée du roi Philippe qui, lors du premier confinement, avait fait hisser un drapeau blanc au sommet du Palais royal. Adapté à notre plus modeste condition, un foulard blanc accroché à la façade de notre demeure fera très bien l’affaire… 😉
  2. A quelques pas de chez nous, pourquoi ne pas porter un regard neuf sur les croix de chemin (improprement appelées « calvaires ») de nos campagnes et villages ? On peut les nettoyer, les fleurir, y mettre une bougie de neuvaine, y accrocher la prière que l’on trouve dans la Messe en temps de pandémie… L’occasion pour chacun de s’arrêter lors de promenades et de s’unir aux générations qui, avant la nôtre, se sont adressées avec confiance et espoir au Seigneur du Ciel et de la Terre.
  3. A propos des bonnes vieille méthodes qui ont fait leurs preuves, celle de placarder un avis sur les portes de l’église ou les panneaux publics est digne d’intérêt : informons non seulement les paroissiens mais le tout venant de ce qui se fait et peut se vivre ici et ailleurs, sous diverses formes, à diverses heures, de diverses manières. Liens pour tous, et tous pour la vie !
  4. Enfin, en mettant à profit le temps que l’on récupère sur les activités et déplacements annulés, attaquons vaillamment toutes sortes de choses en suspens ou poussiéreuses. Parmi elles, sans doute obsolètes, les informations postées sur le moteur de recherche très pratique pour les visiteurs et touristes de passage dans notre secteur : Egliseinfo.be https://www.egliseinfo.be

Pour conclure, à bien y réfléchir, nous sommes dans une situation à l’inverse de celle de la Pentecôte : ils étaient tous rassemblés en un même lieu, pour une rencontre dont ils ignoraient l’heure exacte et n’appréhendaient nullement comment les choses allaient se passer. Quant à nous, nous devons rester en des lieux différents, nous retrouver virtuellement à une heure et d’une manière souvent précises, par le biais de You Tube, Zoom, la TV, le téléphone…. Heureusement, avec l’Esprit saint et en présence de Marie, nous sommes toujours en de bonnes mains !

Puisque l’Esprit aime œuvrer en passant par les hommes, n’hésitez pas à participer à l’effort collectif et à faire connaître les idées qu’Il vous soufflera à l’oreille. Soyons créatifs, flexibles et solidaires ; de nouveaux chemins s’ouvrent à nous…

Pour un Noël solidaire

Alors que la pandémie s’étend de plus en plus, le Service Médias du diocèse nous invite à mettre nos idées en commun : comment, malgré les conditions difficiles, aider chacun à vivre un Noël solidaire ? Comment en faire un jour d’espérance, un temps de communion et de joie ?

Avez-vous déjà réfléchi avec vos équipes à la façon de vivre Noël cette année ? Qu’allons-nous inventer pour rejoindre chacun là où il est, surtout si les rencontres physiques sont impossibles ou limitées ? Comment toucher les plus fragiles, les personnes âgées, les malades, les isolés ?

Quelle force si nous pouvions partager nos idées ! Pour paraphraser un adage connu, il n’est nul lieu si dépourvu qu’on ne puisse y voir émerger un chemin nouveau, et nul lieu si privilégié qu’on ne puisse y trouver un frère à aimer et à rejoindre.

Concrètement,

  • Vous pouvez envoyer vos idées directement au Service Médias, à l’adresse medias@diocesedenamur.be : elles pourront être partagées via la revue Communications, la Newsletter ou le site du diocèse.
  • L’équipe diocésaine peut être un relais entre vous qui préparez une expérience pastorale inédite pour Noël, et les chercheurs prêts à partager ou développer les idées. Si, en l’état actuel, votre idée vous paraît irréalisable ou folle, peut-être qu’en la soumettant à d’autres l’Esprit pourra l’éclairer d’un jour nouveau ? C’est ce que nous croyons, en tout cas. N’hésitez donc pas à nous faire parvenir vos suggestions même incomplètes
  • par mail : chantier.paroissial.namur@gmail.com
  • ou  via le site https://chantierparoissial.be/, en laissant un message.

Merci d’avance pour votre collaboration !

L’équipe diocésaine du Chantier Paroissial

Donnons-nous des idées les uns aux autres. Mesures sanitaires drastiques : rien de possible ?

Un de nos soucis sociaux et pastoraux est de maintenir le contact et de n’oublier personne. Pour cela on sent qu’il faut inventer de nouveaux chemins de communication et orienter notre regard d’une manière incarnée dans le présent, en laissant une partie de nos habitudes et de nos sentiers battus de côté, faute de pouvoir y recourir.

Durant la période de confinement et par la suite, des initiatives ont été prises en ce sens et vraiment, le moment est propice de partager plus largement ce que nous faisons de bien, nos inspirations heureuses, nos désirs qui cherchent des perspective concrètes…

Voici quatre premières suggestions :

  1. « Réveiller nos orgues » : Extraits audio sur Facebook / sur le blog, avec infos et petit message pour compléter le tout.

Description : Une interprétation musicale hebdomadaire sur les orgues des différentes églises de l’Unité Pastorale ou du Secteur.

Chacun de ces mini-concerts est filmé et posté sur Facebook / sur le blog sous le titre (par exemple) : « Réveiller nos orgues »

Variante : Demander aux musiciens de notre entourage (pratiquants ou non) de partager un morceau de leur choix. Et pourquoi ne pas lancer un appel à candidats et élargir la communion ?

Remarque : C’est peut-être le moment idéal de se booster pour développer ces outils qui offrent un énorme potentiel de dynamisme pour les communautés. Le fait de ne rien y connaitre n’est pas une excuse suffisante: il faut en parler autour de nous, appeler à l’aide… On serait surpris de ce qui peut émerger !

Contact : paroisselaroche@skynet.be

2. Une vidéo faite de mini-vidéos, extraits de vie à la maison, de coin de prière ; un petit mot fraternel, une salutation originale…

Description : Il a été demandé par mail, à ceux qui le désirent – en particulier les familles des enfants de la catéchèse– de filmer quelques minutes de leur expérience de vie à la maison, de prière, petits rites, chansons du matin ou du soir… Les séquences ont été assemblées en un beau film-souvenir, envoyé aux participants et aux personnes qui le désiraient, et posté sur Facebook.

3. Un chapelet personnalisé : Affiche / document

Description : Sur un panneau, dessiner un chapelet (ou rosaire) et noter à côté de chaque grain le (pré)nom d’un membre de la communauté, liste élargie à ceux qui nous ont quittés, pour qui on nous a demandé de prier…

Envoyer une photo de ce chapelet (par courrier postal / électronique) à tous les intéressés (ici : Communauté Foi et Lumière élargie).

NB : Pendant le temps de confinement, pour répondre au souhait de Mgr Warin, le chapelet était prié à 18h30.

Variantes : On peut proposer la prière personnelle à la maison ou un rendez-vous à l’église, en respectant les règles sanitaires. On peut aussi faire noter par les paroissiens et les visiteurs de l’église le (pré)nom des personnes que l’on présente à la prière et à la communion des saints.

Contact : Pol Léonard : pol.leonard.6600@gmail.com

4. Carte postale

Que ça fait plaisir de recevoir une belle carte inattendue dans sa boîte aux lettres ou dans sa chambre d’hôpital, de home ou de seigneurie !

Plusieurs variantes sont imaginables :

1°/ Après avoir récolté des cartes postales -doubles si possible (des Artistes Peignants de la Bouche et du Pied ou de l’Unicef, par exemple…) rédiger puis imprimer un petit message personnalisé et bien sympathique, le coller sur chaque carte avant de la glisser dans une enveloppe vierge et poster un exemplaire dans chaque boite aux lettres des résidents du village/ du quartier.

2°/ Demander à la direction du home, hôpital ou autre lieu de résidence, le nom de personnes isolées, souffrantes… et faire ponctuellement un message personnalisé (pour Noël par exemple).

3°/ Organiser un parrainage selon le même principe que le point 2 : rechercher des cœurs généreux qui accepteraient de « prendre en charge » une personne esseulée ; de lui écrire une carte, un petit message, pour les fêtes, quelques fois par an…

Cet objectif requiert l’engagement d’une personne qui centralise et organise cette action, en tenant compte de la situation sur le terrain et de son évolution.

Une carte qui allie beauté et spiritualité, légèreté et profondeur, est proposée à la vente pour Noël. Voici un lien pour vous en procurer :

https://www.diocese-tournai.be/promos/4374-une-carte-de-noel-pour-les-malades-4374.html

Contact : Nathalie Guinand : lezaire.guinand@gmail.com

Voici une première liste d’idées réalisables, qui demandent cependant de se (re)mettre en route et de lever pas à pas les obstacles qui se présenteront. Mais on peut y arriver ensemble.

Merci d’avance de nous faire connaitre vos actions et réactions afin que nous puissions concrètement faire Eglise d’aujourd’hui et partager la joie communicative des ouvriers de la Vigne !

Gardons nos distances sanitaires mais rapprochons-nous fraternellement 😉